Récit de Victoriaville

Voici un récit troublant d’une personne qui était à Victoriaville et qui agissait comme médic durant la manifestation. Certains propos pourraient être dérangeants; veuillez utiliser votre jugement quant au moment et à l’endroit où vous ferez cette lecture.

Écrire son vécu, c’est un moyen d’exprimer. De le mettre à l’extérieur, et de pouvoir le comprendre, de reprendre le pouvoir. Si j’écris ce que j’ai vécu vendredi à Victoriaville, c’est donc pour mettre une distance avec ce que je ressens depuis, de le partager pour déconstruire le discours médiatique et la désinformation, pour que finalement ces événements, au lieu de nous diviser et de nous abattre, nous donnent plus de puissance collectivement.

Ce récit se veut un retour sur les événements qui entourent le manifestant blessé sévèrement la tête. J’ai été présente dans le cas d’Alexandre, du moment qu’il s’est retrouvé sur le sol, jusqu’à son départ en ambulance.

Peu de temps a séparé le moment où les barrières de contrôle de foule sont tombées et celui où les officiers de la Sureté du Québec ont fait usage de projectiles de lacrymogène. En plus ou moins 15 minutes, une partie de la foule qui n’avait pas de masques ou de foulard a dû rapidement se reculer et se refugier pour éviter les vents de gazs irritants. N’ayant pas de lunettes de protection et à cause de l’effet intense des gazs, j’ai été forcée de me déplacer. À certains moments, j’étais complètement aveuglée et j’avais de la difficulté à trouver mon souffle, j’ai eu le réflexe de chercher le soutien de manifestants et manifestantes pour trouver un lieu sécuritaire. Je me suis ensuite nettoyée les yeux avec la solution de lait de magnésie et d’eau, puis avec une amie nous nous sommes redirigée où la masse, la foule la plus importante était située.

Il y avait facilement 300 à 400 personnes qui étaient près de l’hôtel, soit dans l’action , c’est-à-dire près des policiers, ou plus en retrait. Il y avait un climat de tension, de colère, mais de solidarité. Le fil conducteur de la contestation du pouvoir du parti Libéral tissait une cohésion dans la foule et un support de la diversité des tactiques utilisées.

Tout ça a duré probablement un autre 10 à 15 minutes.

Ainsi nous étions sur la rue Steve, près de la station d’essence Sonic, nous avons redirigées des personnes incommodées pour qu’elles soient soignées, puis nous avons traversées la rue, et sommes passées derrières des commerces de la rue Arthabaska Est. Puis, nous sommes arrivées sur un terrain gazonné derrière le rang Naud Il y avait beaucoup de vent de gazs, mais vu qu’il se dispersait rapidement, les gens n’étaient pas incommodés. À ce moment, il n’y avait pas d’agents sur le terrain. Nous nous sommes dit que c’était un endroit bien placé pour observer les événements et décider de la suite. Du point où j’étais, il était possible de voir qu’il y avait des affrontements avec les agents de la SQ sur Arthabaska, encore une fois j’insiste sur la quantité de gazs qui étaient lancés pour faire fuir la foule.

Puis, j’ai entendu des gens crier qu’il y avait un blessé, de faire de l’espace. J’ai vu un groupe de personnes qui transportait le corps d’un homme âgé d’une vingtaine d’années. Il a été déposé sur le sol et je me suis agenouillée à côté de lui. Je n’avais pas de trousse de premiers soins avec moi, mais j’ai une formation de premiers secours alors j’ai procédé : j’ai vérifié son état de conscience, je me suis assurée qu’il soit stable et de préserver sa position, j’ai ensuite regardé s’il avait des blessures. Toutes ses étapes se sont passées très rapidement. Il était d’abord visiblement inconscient, avait de l’écume qui lui sortait de la bouche, il semblait être entrain d’étouffer. Je lui ai ouvert la bouche et j’ai tassé sa langue, il a toussé et a commencer à respirer de façon plus régulière. Puis j’ai remarqué que sur le côté de sa tête un quantité importante de sang coulait. J’ai tourné, déplacé ses cheveux et j’ai vu l’état de son oreille.

À ce moment, j’ai eu peur. Vraiment peur, quelque chose de grave était entrain de se passer devant moi qui me dépassait. Les gens se sont reculés, en voyant la blessure,j’ai eu l’impression qu’il allait mourrir. Mais je me suis mis dans un mode « intervention ». En sâchant qu’il était légèrement conscient, constamment je lui parlais pour le maintenir éveillé. Je me suis présentée, puis je me suis adressée à une des nombreuses personnes qui regardaient la scène et qui avait un téléphone cellulaire, je lui ai dit que c’était sérieux, qu’il fallait une ambulance immédiatement, que le blessé était en danger. La personne a appelé. Plusieurs personnes ont tenté de rejoindre les secours pendant cet événement, et cela a été extrêmement complexe d’avoir de l’aide dans les délais humains et nécessaires pour la survie de cette personne.

Une première personne qui avait une trousse de premiers soins a essayé d’éponger l’hémorragie avec des gazes de cotton, mais il n’avait pas assez de matériel. Une autre personne de l’équipe médicale de la manifestation a pris le relai, un ami du blessé s’est aussi rapproché, nous sommes restée ensemble jusqu’à l’arrivée des ambulanciers.

Le blessé a eu des épisodes de reprises de conscience, il était agité, manifestait de la douleur, de la panique. Autour de nous, il y avait énormément de bruits, de cris, d’action. J’essayais de le rassurer verbalement, je lui disait qu’il avait du courage, de rester avec nous, de se concentrer sur sa respiration, qu’il avait besoin d’aide, qu’il était blessé à une oreille, que je comprenais sa peur, que nous fesions notre possible pour le garder en sécurité. Je lui parlais de son ami qui était avec lui, son ami s’adressait à lui, et aidait à le garder allongé.

Cela devait faire une dizaine de minutes que nous étions au sol. J’ai entendu des tirs très rapprochés, et lorsque j’ai relevé la tête j’ai constaté que les agents de la SQ étaient sur le terrain, qu’ils s’approchaient de nous en nous lançant des gazs lacrymogènes. Des manifestants et manifestantes ont fait un périmètre de sécurité autour de nous, en criant qu’il y avait un blessé. Des gens s’addressait directement aux agents pour leur faire comprendre qu’il y avait une personne au sol en état grave. Malgré ma méfiance envers les policiers, mes critiques sur leurs actions et leurs comportements, sur leur fondements, leur idéologie, j’ai quand même naïvement cru, dans l’urgence, qu’ils allaient avoir suffisament de jugement pour nous donner un minimum de sécurité. Ils nous ont tirés des cannes de lacrymogènes à quelques mètre à peine. Nous avons du déplacer Alexandre deux fois à cause de l’incompétence de la SQ, plus grave encore, de ce comportement militaire qui reflète de l’intensification de la violence utilisée par le bras armé de l’État. Au travers de cette situation chaotique, les agents ont continué à appliquer les ordres, ils nous ont laissé délibérement la responsabilité de leurs actes et la gestion de la situation alors qu’il nous était impossible de donner les soins nécessaires.

À un certain moment, lorsque nous avons déplacé Alexandre la première fois, il a essayé de nous parler. Il était incapable de prononcer un mot, il répétait des sons, cherchait du regard un point de repère. Son ami lui parlait, d’autres se sont approchés. Je leur ai dit de s’occuper d’avertir ceux ou celles qui étaient avec lui, pour qu’il ait du support rendu à l’hôpital. Au deuxième déplacement, nous sommes allés sur le rang Naud, il y avait plus de personnes de l’équipe médicale de la manifestation qui s’occupait de lui. L’ambulance est finalement arrivée, escortée par des agents de la Sureté du Québec. Cela a pris un certain temps pour qu’elle nous atteigne, puis Alexandre a été mis sur une civière, son ami est monté avec lui.

Je n’entrerai pas dans les détails descriptifs de la blessure qu’il a eu, mais il s’agissait de lacérations, qui n’ont pu être le résultats de balle de plastique ou de boule de billard, même de roches. Alexandre n’avait pas de masque, pas de cagoule, il était en t-shirt. Mon hypothèse est qu’il aurait été incommodé par les gazs lacrymogènes, c’est retrouvé aveuglé et désorienté. Des tirs des deux côtés se sont faits, et il aurait reçu une grenade à ce moment. Il faut rappeler que tout cela c’est passé au début de la dite  « Émeute », les manifestants et manifestantes avaient peu de projectiles. Par contre, les grenades que lancent les agents sont des objets métalliques qui se déploient au contact avec une surface, le déclenchement de la grenade est une explosion du contenant et donc peut causer des coupures graves. C’est ce que je crois qui est arrivé à Alexandre.

Ce que j’ai vécu est une confrontation à une violence qui se rapproche de l’esthétique de la guerre. Depuis deux jours, j’explique les images qui me traversent, je pense à l’intervention policière, à l’odeur des lacrymogènes. J’ai été perturbée de voir par la suite l’état de santé d’Alexandre dans les médias, de constater que ce que j’ai ressenti correspondait réellement, proportionnellement à la gravité de la blessure. Qu’il ne s’agissait pas simplement d’une trame dramatique que je me suis construite. Je suis aussi en colère, de voir qu’encore une fois, les médias servent les intérêts de ceux qui gouvernent et qui détiennent le monopole de la violence. On a dit que nous avions été infiltrés par une minorité de casseurs, qu’il n’y avait pas eu de brutalité policière, que la réponse répressive était normale puisque nous avions traversé une « limite symbolique » qui avait été tracé autour de l’hôtel. On nous a montré un tas de roches, de bouts de bois et de tie-wraps, de toute évidence ramassés au hasard, pour démontrer l’agitation des manifestants et des manifestantes. On nous a monté de toute pièce un récit pour justifier une intervention militaire afin de protéger les représentants et représentantes du gouvernement.

On essaie de nous faire avaler qu’Alexandre aurait été blessé par d’autres manifestants ou manifestantes, que finalement c’est « de notre faute ». S’il y a une enquête de la Sureté du Québec dans cet événement, ce sera encore une fois pour conclure qu’ils n’en sont pas responsables. Déjà, les points de presse nous le montre : revendiquer une « limite symbolique » ne permet aucunement l’ampleur des attaques physiques sur des personnes aucunement équipée pour combattre à armes égales.

Bref, peu importe où se retrouvera ce récit je veux qu’il puisse résonner avec ceux de d’autres personnes qui ont vu, qui ont entendu, qu’il contribue au discours critique. Pour que notre mémoire collective permette de dire que nous n’oublierons pas, qu’il n’y a pas de pardon pour ceux et celles qui prétendre défendre la justice de l’élite sociale.

 

Publicités

Rapport de surveillance : 4 mai 2012

Mise en contexte :

Des étudiants, étudiantes, membres de groupes communautaires et de syndicats se sont rendus à Victoriaville le 4 mai dans le but de manifester leur colère lors du congrès général du Parti libéral.

18h25 : Les manifestants arrivent en face du Palais des congrès de Victoriaville.

18h28 : L’anti-émeute de la SQ arrive de l’arrière de l’hôtel en grand nombre suite à ce que quelques projectiles aient été lancés contre les policiers et que la clôture ait été renversée.

18h31 : Une deuxième escouade arrive de l’arrière de l’hôtel.

18h35 : Un groupe d’anti-émeute se positionne à la gauche des manifestants.

18h36-40 : Le groupe d’anti-émeute à la gauche des manifestants commencent à avancer lentement en face de l’hôtel pour dégager le terrain. Aucune résistance des manifestants.

18h40 : Alors que la situation semble sous contrôle, plusieurs blast disperser avec du gaz CS sont lancés dans la foule. Un observateur remarque une foule polylithique avec des personnes de tous les âges et de tous les milieux.

18h40-19h01 : Plusieurs dizaines de blast disperser et de gaz lacrymogènes sont lancés contre les manifestants.

19h01 : Un manifestant est gravement blessé à la jambe. Une ambulance est appelée sur les lieux.

19h04-05 : Une auto patrouille de la SQ arrive au terrain vague en face de l’hôtel où la très grande majorité des manifestants se sont réfugiés pour fuir l’action. Ils sont là pour s’assurer qu’une ambulance puisse se rendre jusqu’à un autre blessé grave. Ce dernier est inconscient.

19h07-17 : Alors que le manifestant est toujours inconscient au milieu du champ, un groupe d’anti-émeute arrive sur le terrain vague et lance plusieurs gaz lacrymogènes et des blast dispersers dans la foule. Le blessé doit être transporté plus loin par d’autres manifestants en attendant l’ambulance. Un policier fait partie du contingent transportant le blessé. Les manifestants scandent qu’il y a un blessé, mais la charge policière se poursuit.

Environ 19h10 : Des bâtons cinétiques sont utilisés sur le boulevard Arthabaska.

19h17 : Un observateur vient d’entendre un premier avis de dispersion. Il semble que les haut-parleurs du camion de son de la SQ ne soient pas assez puissants pour pouvoir être entendus par une foule mouvementée. Depuis un endroit très calme, l’observateur a difficilement pu entendre l’avis donné à environ 50 mètres de lui.

19h18 : Un observateur apprend qu’une troisième personne aurait été blessée et nécessite un transport à l’hôpital. Pendant ce temps, le manifestant inconscient est pris en charge par des ambulanciers.

19h19 : L’intervention de l’anti-émeute se poursuit sur le boulevard Arthabaska.

Environ 19h20 : Des bâtons cinétiques sont utilisés près du Paccini. Une personne semble avoir été blessée au genou par celles-ci.

19h23 : Repositionnement dans le champ de la ligne d’anti-émeute qui s’étend maintenant sur environ 150 mètres.

19h23-27 : Plusieurs gaz lacrymogènes sont lancés dans la foule.

19h27 : Une personne est arrêtée dans le champ.

19h29 : Un gaz lacrymogène ayant pris en feu est en train de brûler une pancarte de bois. Un policier anti-émeute envoie le contenant un peu plus loin vers les manifestants. C’est finalement une manifestante qui a éteint le feu.

19h35 : Un observateur apprend qu’une personne est inconsciente près de la maison du prélart. Aucune indication depuis combien de temps la personne y est.

19h35-49 : Une charge de l’anti-émeute vise à bloquer la rue périphérique au boulevard Arthabaska et force les manifestants à retourner sur le boulevard. Le petit groupe de manifestants s’y trouvant sont lentement repoussés vers l’artère principale. Plusieurs déflagrations se font entendre du boulevard.

19h49 : Un observateur se fait dire qu’une personne a reçu un bâton cintique sur le front.

19h55 : Un observateur remarque qu’il y a plusieurs policiers anti-émeute empêchant les manifestants de contourner le Paccini pour se rendre au Palais des congrès de Victoriaville.

20h00 : Un policier en tenue usuelle tente de procéder à une arrestation au milieu d’une foule hostile aux forces policières. Un collègue en voiture vient l’épauler d’une certaine façon en arrivant sur les lieux avec son véhicule. Pour ce faire, il a passé à travers la foule. La réaction de plusieurs manifestants est vive. Le policier doit renoncer à l’arrestation et se réfugie derrière la ligne d’anti-émeute.

20h00-10 : La ligne d’anti-émeute repousse lentement les manifestants de l’arrière du Paccini vers le boulevard. Plusieurs armes chimiques sont utilisées. Pendant cette période, un manifestant se fait lancer une canette de gaz lacrymogène directement sur le torse à courte distance.

20h10 : Un manifestant est mis en état d’arrestation.

20h27-33 : Les manifestants sont repoussés sur le boulevard. En moyenne, environ un gaz lacrymogène est lancé aux 10 secondes alors même qu’il y a une distance appréciable (environ 10 mètres) entre la ligne d’anti-émeute et les manifestants et que ces derniers reculent sans aucune résistance.

20h34 : Suite à une courte pause à une intersection, la charge de l’anti-émeute reprend.

20h52 : Une ambulance se trouve dans le stationnement du Wal Mart et traite un blessé inconscient.

Autour de 22h00 : À environ 5 kilomètres de Victoriaville, sur l’autoroute 955, les passagers d’un autobus transportant des étudiants de McGill et de Concordia sont mis en état d’arrestation.